Brio | Réunion des professeurs référents : intervention d’un sociologue, bilan du 1er semestre, échanges
5782
post-template-default,single,single-post,postid-5782,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-17.0,qode-theme-bridge,qode_header_in_grid,wpb-js-composer js-comp-ver-5.5.5,vc_responsive

Réunion des professeurs référents : intervention d’un sociologue, bilan du 1er semestre, échanges

Réunion des professeurs référents : intervention d’un sociologue, bilan du 1er semestre, échanges

La réunion des professeurs référents a eu lieu le 24 mai dernier à l’Ecole Centrale de Nantes. Cette réunion était organisée en trois temps : intervention d’un sociologue ; retour sur les activités proposées au 1er semestre aux lycéens de première et de terminale ; échanges entre les tuteurs et les professeurs.

1) Comment les enfants des classes populaires, ou certains d’entre eux, décrochent-ils une licence à l’université ?

Voici la présentation de l’intervention de Cédric Hugrée, chargé de recherches au sein du CRESPPA (Centre de recherches sociologiques et politiques de Paris / CNRS-Paris 8).

« Devenant désormais le diplôme qui sanctionne la fin du premier cycle universitaire, par suite de la réforme « Licence-Master-Doctorat » (LMD), la licence est également directement associée à l’objectif politique d’atteindre 50 % d’une génération diplômée de l’enseignement supérieur en 2015 (….). Et, c’est en regardant les parcours ayant conduit certaines fractions de la jeunesse populaire à ce niveau d’étude que j’ai choisi de rendre visible les logiques sociales et scolaires qui structurent et organisent actuellement l’espace des poursuites d’études supérieures.

Cette construction de la licence comme point de clivage scolaire et social offre en effet une occasion privilégiée pour observer les hiérarchies sociales et scolaires qui existent aujourd’hui à l’université, à la fois entre les étudiants en échec lors des premières années universitaires et ceux qui y obtiennent leurs diplômes mais aussi entre des diplômés de même niveau issus de milieux sociaux différents. (…)

Mon propos vise dans un premier temps à produire une sociographie de la poursuite d’études universitaires des jeunes générations issues des milieux populaires en se fondant sur les résultats des exploitations secondaires d’enquêtes de la statistique publique (panels 1989 et 1995, enquête Emploi 2006, Enquête OVE). Dans un second temps, en revenant sur le suivi ethnographique des parcours de deux étudiantes d’origine populaire ayant décroché une licence d’histoire et un master de sciences de l’éducation, je tenterai de caractériser les conditions socio-scolaires qui ont permis à ces deux étudiantes de décrocher un diplôme de second cycle universitaire.

2) Retour sur les activités proposées de janvier à juin 2012

L’équipe BRIO a retracé les principaux ateliers de terminale (visites métiers et projets collectifs) et les sorties culturelles: Roméo et Juliette mis en scène par Olivier Py, Sorry Fugu mis en scène par la cie Word for Word.

A également été présentée la répartition des vœux post-bac des lycéens : 31% ont choisi une CPGE, 31% l’Université (notamment médecine), 29% un BTS ou IUT et enfin 9% une filière relative à la santé et au paramédical.

Les tuteurs de la promo 2013 ont mis l’accent sur quelques ateliers phare : la visite d’Airbus à Bouguenais, la communication, la musique, les USA… Côté spectacle, les deux pièces programmées (Tartuffe par Eric Lacascade et Temps par Wajdi Mouawad) ont plu aux jeunes, leur permettant de découvrir à la fois un texte du répertoire et un texte contemporain.

3) Echanges entre les tuteurs et les professeurs référents

La fin de la réunion était dévolue aux échanges entre étudiants, professeurs et équipe BRIO : faire connaissance, évoquer l’évolution des jeunes pendant les 6 premiers mois du parcours etc.