Brio | Étude d’impact : BRIO 10 ans après : Quel impact ?
8797
post-template-default,single,single-post,postid-8797,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-17.0,qode-theme-bridge,qode_header_in_grid,wpb-js-composer js-comp-ver-5.5.5,vc_responsive

Étude d’impact : BRIO 10 ans après : Quel impact ?

Étude d’impact : BRIO 10 ans après : Quel impact ?

 

Objectif de l’étude

Pour les 10 ans de BRIO, l’équipe a sollicité le pôle Research & Business d’Audencia Business School afin qu’il pilote l’étude d’impact. Pour cela, deux questionnaires ont été réalisés :

*un auprès des 565 lycéens des 9 premières promotions du dispositif BRIO,

*un autre a été envoyé aux 238 étudiants-tuteurs des quatre Grandes Écoles qui ont accompagnés des lycéens pendant 10 ans

Des témoignages ont été également récoltés :

*d’anciens lycéens ayant bénéficié du dispositif BRIO,
*d’anciens étudiants-tuteurs,
*deux professeurs référents faisant partie d’un lycée partenaire de la métropole nantaise,
*un consultant bénévole en orientation professionnelle,
*et un parent d’une lycéenne tutorée

L’objectif de ces entretiens approfondis était de pouvoir mesurer, notamment, l’effet boule-de-neige du dispositif et de mettre en lumière les bénéfices du programme BRIO sur les personnes impliquées dans son écosystème.


 

L’impact du dispositif BRIO sur les lycéens tutorés

Les résultats de l’étude montrent que la plupart des lycéens tutorés s’engagent vers les études supérieures. La plupart des lycéens se sont orientés vers la faculté (42%), les Classes Préparatoires aux Grandes Écoles (CPGE) (21%), vers un BTS (14%) ou un IUT (11%).

Le dispositif BRIO instaure donc davantage d’équité dans l’enseignement supérieur, et notamment au sein des filières sélectives. En effet, les tutorés découvrent l’existence de ce type de filières grâce à BRIO et à leurs tuteurs, qui ont pour la plupart suivi une prépa et sont donc en mesure de les rassurer et les encourager en partageant leur expérience. Le programme BRIO lutte ainsi contre les déterminismes sociaux en faisant en sorte que les tutorés aient une meilleure connaissance de l’enseignement supérieur et qu’ils fassent leur choix plus librement vers des filières différentes de celles induites par leur milieu d’origine ou leur environnement immédiat.

L’étude montre également de bons résultats concernant l’emploi. Par rapport à son public cible – au moins 60% de lycéens scolarisés ou résidant dans des Quartiers identifiés Prioritaires Politique de la Ville, et une large part de jeunes de la 2ème ou 3ème génération d’immigration – la rapidité de l’insertion professionnelle des tutorés BRIO est encore plus flagrante quand on connaît l’importance, en France, de la discrimination à l’embauche en fonction de l’adresse postale et des noms/prénoms à consonance étrangère. Ainsi BRIO, en favorisant les rencontres entre professionnels bénévoles et lycéens (rencontres métiers, rendez-vous avec des consultants extérieurs notamment via le mécénat de compétences…), permet de faire tomber les stéréotypes sur “les jeunes de quartier” au sein des entreprises.

BRIO représente désormais pour de nombreuses entreprises partenaires une sorte de label pour les jeunes qui se sont engagés dans le dispositif. Avoir suivi le programme est gage de sérieux et les professionnels bénévoles recommandent régulièrement des jeunes auprès d’entreprises pour des stages, de l’alternance voire des jobs d’été. L’effet d’entraînement de BRIO se révèle et le dispositif lutte ainsi indirectement contre la discrimination à l’embauche.

Les résultats de cette étude nous montrent que l’investissement fourni par les lycéens tutorés dans leur parcours en études supérieures semble avoir porté ses fruits en termes d’employabilité. Le fait d’avoir développé leur confiance en eux les a sans doute aidés à rentrer dans le monde professionnel.

 

L’impact du dispositif BRIO sur les étudiants tutorés

BRIO forme les étudiants-tuteurs à devenir de futurs professionnels ouverts à la diversité, à la mixité so­ciale et qui ont acquis une certaine facilité d’adaptation à tous les publics. A la suite de leur tutorat, eux-mêmes seront moteurs dans la lutte contre la discrimination à l’embauche et promoteurs de la mixité sociale dans leur environnement professionnel.

Tous les anciens tuteurs ayant participé à l’enquête affirment que si c’était à refaire, ils s’engageraient à nouveau dans BRIO. Ils déclarent tous être fiers d’y avoir participé et ressentent un fort sentiment d’utilité : permettre aux lycéens de mieux appréhender le milieu étudiant en leur donnant les clés nécessaires pour leurs choix d’orientation post bac, leur donner un coup de pouce pour qu’ils prennent confiance en eux, qu’ils prennent conscience de leurs capacités et qu’ils osent dépasser leurs craintes et surmonter leurs préjugés pour suivre la voie qu’ils désirent.

Pour ces étudiants-tuteurs, voir « leurs » lycéens s’ouvrir est une expérience unique et enrichissante. Elle les rend fiers de participer, à leur niveau, à la lutte contre l’autocensure et pour l’Égalité des Chances dans l’enseignement supérieur. 93% d’entre eux sont convaincus que le dispositif BRIO a un réel impact positif à terme sur la société. Le dispositif BRIO permet donc un enrichissement réciproque entre les tuteurs et les lycéens qu’ils encadrent durant leurs ateliers du mercredi après-midi, à la fois au niveau culturel et humain.


 

Bilan de l’étude

Les résultats de cette étude encouragent à poursuivre les actions menées par BRIO. Les objectifs de lutte contre l’autocensure, de la conquête de l’autonomie et de la confiance en soi et d’ouverture culturelle sont atteints pour la grande majorité des lycéens tutorés. Cette étude confirme leur réussite dans des études supérieures plus ambitieuses. Les effets du programme dépassent même les attentes en touchant des personnes au-delà du dispositif.

Étude réalisée par : Mélanie Dugué, Chargée d’études au sein du pôle Research & Business à Audencia Business School – Sous le pilotage de l’ensemble de l’équipe BRIO. Avril 2017

Pour lire l’étude d’impact en entier : [ici]