Brio | Dom Juan
7727
post-template-default,single,single-post,postid-7727,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-17.0,qode-theme-bridge,qode_header_in_grid,wpb-js-composer js-comp-ver-5.5.5,vc_responsive

Dom Juan

Dom Juan

Mardi 10 et mercredi 11 mars 2015, les lycéens de première de la promotion 2016 sont allés au Théâtre Universitaire pour voir la version très contemporaine de Dom Juan mise en scène par Guillaume Doucet.

C’est bien l’homme qui m’intéresse, avec toute sa complexité. Guillaume Doucet

Dom Juan pose problème à ceux qu’il rencontre et en premier lieu à son serviteur. Il se moque de ses engagements, de l’ordre moral en place, et profite de sa position pour agir dans un seul but : assouvir son désir. Héros de la modernité ou simple individu médiocre et égoïste ? C’est bien ce que cherche à comprendre Sganarelle, l’alter ego bouffon, face à la vertigineuse fuite en avant de son maître.

dom_juan2

C’est aussi la problématique qui intéresse Guillaume Doucet, percevant dans cette figure, aussi magnifique que minable, un personnage résolument humain. Une complexité qu’il retrouve dans la structure même de la pièce, « véritable matrice théâtrale » à ses yeux. Entre mondes classique et moderne, codes de la commedia dell’arte et prose quasi contemporaine, la liberté formelle de Molière l’inspire. Il y introduit ses propres enjeux artistiques, créant au plateau une interaction entre narration et présent de la représentation. Libre dans son adaptation, Guillaume Doucet se permet même d’en modifier l’acte final… Et avec cette comédie tragique il tente, plus que jamais, de « toucher l’ultra contemporain ».

Notre Dom Juan est assez rock, parce que c’est une réponse moderne, assez large dans ses codes, à la posture subversive et autodestructrice empruntée par le héros de Molière. Guillaume Doucet.