Brio | BRIO s’engage pour le climat
16283
post-template-default,single,single-post,postid-16283,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-17.0,qode-theme-bridge,qode_header_in_grid,wpb-js-composer js-comp-ver-5.5.5,vc_responsive

BRIO s’engage pour le climat

BRIO s’engage pour le climat

Les groupes ont fusionnés pour pouvoir brainstormer de la meilleure manière.

 

Comment se sensibiliser à la cause du dérèglement climatique ? Comment devenir plus responsable face aux changements qui affectent notre planète ? Et comment faire comprendre l’importance de l’enjeu, sans tomber dans l’infantilisation et la culpabilité ? 

A BRIO, on a souhaité que les lycéen.ne.s deviennent acteur.rice.s car c’est le meilleur moyen pour eux de se rendre compte de ce qui se passe au sein de notre planète. Leurs tuteur.rice.s, étudiant.e.s à Centrale, leur ont proposé un atelier « fresque du climat ».  Cette fresque a pour but de montrer les relations de cause à effet régissant ce changement climatique, à partir de cartes sur ses acteurs et sur comment il se matérialise. 

Pour que cet atelier soit le plus ludique et compréhensible possible, il doit être encadré des « fresquistes”, des personnes formées à son animation. Nous avons de la chance à BRIO, Colin, tuteur de la promo 2021 était l’un d’eux et il a fait équipe avec plusieurs fresquistes nantais.e.s pour mener à bien cet atelier.  

Un petit aperçu d’une des fresque réalisés !

 

 

 

Pendant 2 heures, les lycéen.ne.s ont dû mettre en lien des phénomènes climatiques avec des événements provoqués ou non par l’être humain. Le but était de s’adapter au niveau de connaissance de chacun sur le sujet en alliant le côté ludique à la réflexion. Ainsi, ils prennent conscience du problème en étant face à tous les facteurs qui ont causé ce dérèglement. Même les plus sensibilisé.e.s en ont appris plus sur le problème.  

Selon le tuteur centralien Médérickses lycéens ont tous été surpris par au moins une information donnée.

« Beaucoup étaient surpris par le niveau d’émission de carbone sur la consommation de viande, notamment de viande rouge. Cela leur paraissait délirant car c’est très implanté dans notre mode de vie et notre culture. Certains ont aussi appris que la fonte d’un iceberg ne faisait pas monter le niveau de l’eau. Enfin, chacun est ressorti avec une information en plus. »

Médérick, Juliette et leurs groupes respectifs.

Au-delà des causes du dérèglement climatique, l’atelier « fresque du climat » donne aussi des clés pour pouvoir limiter les dégâts que ça soit à notre échelle, mais aussi de manière plus globale avec des politiques d’entreprises et gouvernementales par exemple. Les lycéen.ne.s ont vu ce qu’elles et ils pouvaient faire de manière individuelle, limiter la consommation d’eau, utiliser les transports en commun etc. Car agir permet de lutter contre l’effet anxiogène de la passivité face au changement climatique.  

L’intérêt de cet atelier était que les lycéen.ne.s prennent en main ce problème, plutôt que d’en entendre parler, ils ont pu directement décider et débattre entre eux. Ils se sont également entraidés pour résoudre ces problèmes et chacun a pu profiter des connaissances de l’autre. Un atelier totalement dans l’esprit de BRIO.