La « Briorité » : enjeu du tutorat

Propos de Vincent Staedtbaeder, coordinateur des tuteurs, recueillis par Philippe Mustière, référent BRIO pour Centrale Nantes,  en vue de l’animation de l’atelier « le tutorat comme enjeu de la formation » lors des Rencontres de la Diversité Sociale dans l’enseignement supérieur, Marseille 1-3 juillet 2011

Compétences acquises par les tuteurs

Communication et management

Les tuteurs ont à animer un groupe de lycéens, ce qui implique des capacités de communication et de management.

En ce qui concerne la communication, les tuteurs apprennent, au fur et à mesure qu’ils connaissent leurs lycéens, à intéresser leur auditoire pendant plus de deux heures. Pour cela, ils s’adaptent à chacun, relancent les lycéens lorsqu’il y a des moments de flottement.

Les tuteurs ont donc une expérience en présentation orale bien plus importante que les autres étudiants, sachant que l’objectif ici est différent des présentations orales que je qualifierais de « scolaires », car ces dernières sont en général destinées à être notées ; et on se concentre alors plus sur les attentes d’une seule personne (à savoir l’évaluateur) que sur l’ensemble de l’auditoire (qui n’a parfois aucune envie de nous écouter), alors qu’à BRIO, les lycéens sont motivés et ont envie de découvrir de nouvelles choses. Ils apprennent, au-delà de la forme de l’atelier, à gérer le temps pour faire passer un contenu plus ou moins dense par rapport au temps qui leur est imparti.

De plus, les tuteurs saisissent vraiment l’importance d’être crédible, car soit ils ont vu qu’un atelier avait très bien marché grâce à une bonne préparation, soit ils ont expérimenté un gros échec dû à un manque de préparation suffisante. L’attente des lycéens est très responsabilisante pour les tuteurs et les automatismes qu’ils acquièrent lors de leur préparation d’atelier seront tout à fait transposables à leurs autres présentations.

Cet entraînement pourra donc s’avérer très utile plus tard lorsqu’ils devront animer des réunions professionnelles.

Les tuteurs développent au travers des ateliers des capacités managériales qui passent par un bon relationnel : en effet, les tuteurs apprennent à ne pas froisser les gens, à faire des compliments quand il le faut, à ne pas se montrer trop proche pour maintenir une certaine « autorité », à être patient, à ne pas faire de favoritisme…

La plupart des lycéens a vécu dans des milieux totalement différents de ceux des tuteurs. Les tuteurs tissent des liens de confiance avec les lycéens en les conseillant dans différents domaines (orientation, organisation du travail, sorties…) et en partageant leur vécu. L’expérience est donc particulièrement enrichissante d’un point de vue humain, dans le sens où ces rencontres élargissent vraiment notre perception des choses, et cette ouverture d’esprit est particulièrement importante actuellement avec l’essor du management interculturel.

Engagement et travail en équipe en dehors des ateliers

Au-delà de ces expériences au contact des lycéens, l’engagement des tuteurs au sein de BRIO est aussi un aspect à ne pas oublier. Nous avons certainement l’un des programmes où cette notion est la plus importante. Les tuteurs ont tous à cœur d’être disponibles pour leurs lycéens (je rajouterais presque : à n’importe quel moment), ce qu’on peut rapprocher à l’idée du sens du devoir.

Faire partie de BRIO entraîne certains sacrifices car c’est vraiment un engagement sans retrait possible. Certains des tuteurs appellent cela la « Briorité ». C’est d’ailleurs une notion sur laquelle l’accent est mis dès la sélection des tuteurs. La valeur de l’engagement ne correspond pas à une compétence acquise, mais je pense qu’il est tout aussi important (si ce n’est plus) car il témoigne de valeurs et de convictions qui sont encore à mon sens trop rares.

BRIO est également un projet de grande ampleur, qui met en jeu des salariés, des étudiants et des représentants des quatre écoles participantes, ainsi que les professeurs référents des lycées partenaires, ce qui en fait une structure non négligeable. Cela apprend ainsi aux tuteurs à travailler en cheville d’une organisation qui dépasse largement ce qu’ils ont l’occasion de faire habituellement. Que ce soit lors des différentes sorties ou lors de l’organisation du voyage, ils doivent prendre en considération des aspects financiers, juridiques ou administratifs et découvrent des problématiques qui leurs seront quotidiennes dans leur vie professionnelle.